Mégalithismes,  une réponse à la montée des océans? 

 

Megaliths, an answer to rising sea level?

Avant-propos

Voici une tentative pour expliquer l'origine des  mégalithismes du Morbihan:

Ils seraient une réponse des hommes à la montée du niveau des océans survenue après la dernière glaciation. Commençons par cette estimation  de l'évolution du niveau  de la  mer en fonction du temps:


Niveau moyen des océans sous l'effet du  réchauffement global du climat   (eustatisme). 
Courbe pleine: Niveau moyen des côtes de Bretagne Nord, incluant les effets de la tectonique locale (isostasie). 
D'après Petit & al., 2000

 

 

Présentation de la théorie 

Les mégalithes, ces grands monuments: tumulus,  dolmens, menhirs, cromlechs, disséminés sur nos pays, nous restent étrangers. Certains leur ont donné une signification maléfique ou extra-terrestre.
 Nous nous demandons pourquoi des hommes sensés se mirent à réaliser de tels travaux aussi démesurés. Pourquoi continuèrent-ils pendant des millénaires? Et pourquoi cessèrent-ils? Allons à la recherche de leurs constructeurs, dans la Préhistoire. Intéressons nous aux riverains de la Baie de Quiberon, qui ont laissé de nombreux monuments fort divers.

Remontons 12 000 ans avant notre ère. C'est la fin de la dernière période glaciaire, où les zones froides sont recouvertes d'immenses glaciers.  Le niveau des océans  est inférieur de 120 mètres au niveau actuel. La Manche n'est pas encore formée. La mer se trouve à 100 km de  Quiberon.

 

Le climat se réchauffe progressivement et se stabilise vers le VIe millénaire. Des glaciers fondent, les eaux des océans se dilatent, leur niveau s'élève. La mer avance... une tragédie! Des éminences telles que Belle-Île, Houat,  et Hoëdic sont devenues des presqu'îles puis des îles. La mer a envahi les plaines littorales. 

 

Une estimation du trait de côte vers le milieu du Ve millénaire, et topographie sous-marine laissant apparaître la paléovallée de la Vilaine.  (d'après  Menier et al.). 

Le recul des côtes correspond à une remontée faible du niveau de la mer: 1centimètre par an en moyenne. Il a été irrégulier, avec de longues périodes stables, et des inondations spectaculaires, lorsque progression de l'océan, tempêtes et grandes marées coïncident. Le niveau de la mer a monté rapidement jusque vers le VIème millénaire, puis a varié plus faiblement, avec des fluctuations.

Imaginons  le comportement des habitants du bord de mer. Il s'agit là de conjectures, qui ne sont pas encore prouvées. 

Ils savent que le niveau de l'eau s'élève. Ils croient que la terre va être complètement engloutie par une sorte de déluge. Tout comme nous, ils sont fascinés et effrayés par le spectacle des vagues qui attaquent le rivage.
 Peut-être mettent-ils en place des digues, pour relier les îles à la terre ferme, et pour protéger prairies et baies contre les inondations. Une occasion d'apprendre à réaliser ensemble de grands travaux et à installer d'énormes pierres. 

 Ils se retrouvent au cours de réunions saisonnières, en particulier lors des grandes marées. Les jours de tempête ils luttent ensemble contre l'avancée de l'eau. Après les inondations, ils s'éloignent plus en amont et créent de nouveaux campements et de nouveaux villages.  

Ils honorent les défunts, qui servent peut-être de protecteurs du monde des vivants depuis l'au-delà, et protègent leurs dépouilles au sommet d'éminences, sous de grands monticules de terre ou de pierres.  Lorsque  les cimetières sont menacés par la mer, ils les déménagent peut-être sur des hauteurs 

Ils instaurent un culte qui conjure les forces naturelles:  les eaux célestes, la mer, les vents, les marées, les sources, les fleuves, ainsi que le Soleil et la Lune . 
F
ace à des éléments surhumains, et même cosmiques, ils édifient des monuments qui leur semblent gigantesques: les mégalithes.
Pour implorer ou séduire les astres, Soleil et Lune, qui régissent  saisons et marées, ils édifient des monuments: menhirs, cercles de pierre. 
Certains édifices permettent d'observer les mouvements des astres et  les saisons,  et peut-être de prévoir les éclipses.
Certaines des gravures de leurs monuments pourraient représenter des vagues: 
    lignes serpentiformes, zigzags,  crosses , spirales.

Peut-être nouent-ils des contacts avec les autres peuplades,  échangent leur vision de l'univers, communiquent leurs émerveillements et leurs terreurs, et se lancent-ils dans une exploration du monde, partant à la recherche des domaines où se cacheraient le Soleil, la Lune, le vent, les tempêtes?

 Les grands tumulus de Carnac, les alignements, les grands monuments du Golfe du Morbihan datent du Vème et du IVème millénaire. 
Cette culture mégalithique connaît alors  une grande expansion. Plus tard elle sera remplacée, au gré des tourbillons de la préhistoire. 

En quittant la baie de Quiberon pour d'autres régions de l'Europe, on retrouve ces mêmes éléments avec les mégalithismes: relations avec la mer, cultes du Soleil et de la Lune, protection des sépultures par de grands monticules placés à des points élevés.
Quelques exemples:
  monument de Stonehenge, situé  au toit de la péninsule entre  Manche et Golfe de Bristol,
  nécropole de Bougon, située près de la ligne de partage des eaux entre Ouest et Est,
  cairn de Barnenez qui domine la mer,
  motifs tels que serpents, zigzags, crosses, tourbillons, qui représenteraient des vagues, que l'on  retrouve d'Irlande à Malte.

 

Dalle gravée à Knowth, Irlande.

Et au delà de l'Europe? La remontée du niveau des mers s'est produite partout dans le monde depuis 14000 ans, avec des fluctuations depuis 7000 ans. 
On peut penser que certaines civilisations apparues alors près des rivages sont nées par et pour la lutte contre l'avancée des eaux. Ce combat contre des forces toutes-puissantes qui leur semblaient s'acharner contre elles, cette tentative de dialogue avec des forces cosmiques, auraient façonné leurs cultures et leurs religions. Avec l'idée que le monde a eu un commencement et aura une fin; un temps linéaire, en rupture avec la conception cyclique du temps des sociétés primitives. 

Cet essai d'explication propose un élément de réponse aux différents aspects de certains mégalithismes:
leur apparition, leur universalité, leur formidable énergie, leur diversité, leurs relations avec la mer , leurs relations avec les forces cosmiques, leur disparition...
Cette hypothèse, basée sur des coïncidences dans le temps et dans l'espace,  est un fil conducteur qui peut aider à mieux les comprendre .  

 

 

 

Discussion 

 

 

Les archéologues  m'ont dit: ce ne sont là que des  conjectures; laissez l'archéologie aux archéologues.  Je n'ai pas la prétention de me substituer à eux, je me contente d'avancer différents éléments, sans souci de rigueur ni de cohérence. Je leur rendrais service si je parvenais à soumettre à une critique pluridisciplinaire une idée qu'ils ont certainement examinée, et qu'ils n'ont pas retenue faute de preuve.
Qu'ils gardent une attitude bienveillante, ouverte et désabusée devant les faiblesses inévitables. 

1) Les hommes ont-ils pu avoir conscience de la montée des océans?

2) Mobile, moyens, opportunité

3) Données sur le niveau de la mer et repères chronologiques

4) Motifs sur les mégalithes

5) Alignements, marqueurs d'espace

6) Archéoastronomie

7) Ailleurs dans le monde. Situation de Stonehenge

8) Citations d'auteurs de l'antiquité

9) Et en Floride 

 

1) Le gros problème est: 

 Les hommes, qui luttaient pour leur survie, pouvaient-ils  avoir conscience d'un changement si faible du niveau de la mer:  moins d'1cm par an en moyenne, soit  20 cm pour une génération?

Un changement régulier passait  inaperçu, mais pas des évènements spectaculaires.
Ainsi l'encerclement par la mer d'une ancienne presqu'île a dû frapper les esprits, surtout s'il s'y trouvait une nécropole comme à Teviec, ou un monument comme à  Er Lannic, ou si leur zone d'activité a été considérablement réduite comme à Hoëdic.
Des inondations brutales, rompant les dunes, envahissant les zones plates de la Baie de Quiberon lors des tempêtes , diminuant sensiblement les territoires, ont marqué les mémoires.

 

2) Mobile, moyens, opportunité

Qui mieux que les riverains de la côte avaient mobile, moyens et opportunité d'ériger des mégalithes? Je ne reviens pas sur le mobile. 

Comme moyens, il faut pour remuer des rochers disposer de  cordes et de troncs d'arbre. Ce sont les marins et les pêcheurs qui savaient les préparer.
 Pour des travaux aussi formidables que ceux du Morbihan, il faut une société prospère, hiérarchisée. Nous ne connaissons pas encore la cause de cette richesse. Peut-être une religion? ou une force armée protégeant les nouvelles richesses?
 Et/ou la maîtrise de la navigation et du commerce maritime? Les hommes capables de transporter par voie d'eau d'énormes menhirs savaient sans doute construire des navires de haute mer.
 Ou le commerce de sel, produit de luxe, produit vital, appât pour le gibier, utilisé pour tanner les peaux? On n'a pas trouvé ici d'indices probants de production de sel; par  contre il y en a en Vendée, datant du IVe millénaire;  les  jadéites des Alpes  retrouvées à Carnac ont peut-être été échangées le long de routes du sel initiées au Néolithique. 

Et l'opportunité. Il faut quelques centaines de personnes: les habitants des villages riverains des milieux riches que sont les lagunes et les estuaires, avec peut-être des rassemblements  saisonniers.

 

3) Données sur le niveau de la mer et repères chronologiques

On connaît les grands cycles de  variation du climat du Quaternaire, causés par les variations de l'orbite de la terre, avec des interglaciaires tous les 200000 ans environ et des variations du niveau marin de 140 m. Mais définir à 1 mètre prés  l'évolution du niveau de la mer au Néolithique est impossible. Lorsque le niveau monte les estuaires peuvent s'envaser, devenir  des deltas, des lagunes. On extrait des carottes d'anciennes vasières et d'anciennes tourbières qui fournissent des données. Avec un marnage de 6 mètres, avec la disparition des anciens rivages, avec les incertitudes sur les datations et sur la position originelle des échantillons, les indices sont flous. En les combinant avec les données disponibles sur les variations du climat,  connus par les stratigraphies fines des carottages des calottes glaciaires et des sédiments, avec la  localisation des paléo rivages, il est toutefois possible de parvenir à certaines conclusions. 

Voici un scénario plausible: le niveau de la mer a monté rapidement durant le dernier interglaciaire. Lors du Néolithique ancien, il aurait été  7  à 8 mètres sous le niveau actuel à Carnac.  Ensuite le niveau de la mer a progressé jusqu'au niveau actuel, avec peut-être des fluctuations. 
Il semble prouvé que durant le Néolithique ancien la remontée du niveau marin a été significative et a pu avoir une influence sur la vie des habitants. Des alignements immergés ont été découverts en 2007 à Saint-Pierre de Quiberon, dont certains sont à une profondeur de -5 m NGF. Les objets recueillis dans ce contexte permettent d'attribuer ces alignements au Néolithique ancien. Selon les travaux de
Agnès Baltzer, Serge Cassen, et al, 2015   , ces alignements auraient été partiellement immergés avant la fin du Ve millénaire.

 
Repères chronologiques     

 Les hommes du Mésolithique ont là été témoins de l'avancée formidable de la mer. Ils ont enterré certains de leurs défunts sur des éminences: j'imagine un culte pour les protéger des eaux.  
Ils ont été remplacés par les hommes du Néolithique, qui ont construits les mégalithes du Morbihan. Auraient-ils transmis leurs croyances?  Y aurait-t-il eu une certaine continuité? Sujet de discussions sans fin, faute d'éléments. Il s'est produit très probablement là comme partout un certain métissage: les groupes réduits ont besoin de sang neuf pour survivre. 

"L'Armorique se trouve dans une zone de convergence des influences du courant "méditerranéen" et du courant "danubien".....  Le développement du Néolithique armoricain est le résultat de cette convergence avec  un fort substrat mésolithique local qu'on a trop tendance à sous-estimer: il était capable d'autant d'initiatives que les "étrangers" continentaux et, au moins, il était familier de la mer et des ressources d'un socle de roches anciennes." (PR Giot, Préhistoire de la Bretagne, page 229).

 L'histoire du Tumulus Saint-Michel , Carnac, modèle des  grands tumulus carnacéens, s'étale sur des millénaires. On a découvert des charbons de bois mésolithiques, ainsi que trois tombes sous coffres, surmontées de pierres en écailles, datées du Néolithique Ancien: tombes individuelles richement ornées, scellées par un tertre. Ce tumulus a été agrandi à plusieurs reprises, avec de nouveaux caveaux collectifs ou individuels protégés par des masses considérables de pierres, de terre, de vase. 

On pense aujourd'hui que la construction des menhirs (alignements de Carnac, grands menhirs de Locmariaquer) a débuté également dans la première moitié du Vème millénaire. 

 

4) Motifs sur les mégalithes

Les pétroglyphes, outre les symboles féminins (déesses mères) et les symboles de puissance du Néolithique (haches, crosses, charrues, cornes de taureau), comportent des lignes pouvant représenter des vagues: zigzags, lignes serpentiformes, spirales, etc. En particulier les signes en crosse pourraient dans certains cas figurer des vagues, plutôt que des crosses de dignitaires ou de bergers. Il y a aussi des barques et des cétacés: l’océan faisait partie de la symbolique des populations.

Gavrinis 

  Élie Faure voit là des vagues  (Histoire de l'Art, L'Art antique):

"Il y a bien, à Gavrinis, dans le Morbihan, sur d'autres menhirs, des arabesques remuantes comme des rides à la surface d'une eau basse, ondulations, tremblements d'algues, qui doivent être des signes de conjuration ou de magie"  

 

5) Alignements, marqueurs d'espace.

On a souvent considéré que les menhirs étaient des marqueurs d'espace, ancrés dans la Terre, représentant une prise de possession des territoires. J'ai émis l'hypothèse que les alignements de Carnac étaient des marqueurs face à la montée des eaux. Cela m'a valu de nombreux sarcasmes.

L'idée est difficile à accepter pour un esprit contemporain, pourtant plusieurs éléments l'appuient:
- les alignements de Carnac sont implantés le long du premier coteau à partir du rivage, vers la cote 25m NGF ("en crête militaire")
- il y a à l'intérieur des terres une autre série d'alignements ou de menhirs le long d'un relief est-ouest: les Landes de Lanvaux.  Ce serait là l'argument le plus pertinent.
- il y a au niveau de Saint Pierre de Quiberon des alignements, aujourd'hui partiellement sous la mer, à Kerbrougnec. Leur extension est de 700m, et leur orientation à 108° du Nord. 
- la géologie de la région est structurée par des lignes d'orientation analogue:
   ancienne vallée de la Vilaine, débouchant  entre Quiberon et Houat,
   ancien rivage, sans doute de Houat au Croisic 

 

Structure du paysage du Morbihan

Pour aller plus loin il faudrait étudier la répartition des menhirs par rapport aux paysages: près des points d'eau, près de certains sommets, sur les coteaux; s'agit-il de barrières, de culte des astres, d'allées cérémonielles? Ont-ils été érigés sur les affleurements de granite parce qu'il fallait un sous sol ferme pour les ancrer et que la matière première était disponible sur place, ou ont-ils une implantation spécifique? Je n'ai pas les moyens de faire une telle étude.

D'autre part si les menhirs étaient destinés à lutter contre la mer, on devrait en retrouver des traces sous les dunes récentes de l'isthme qui relie Quiberon et le continent, ou sur l'ancien rivage immergé à l'ouest.

 

 

 

6) Archéoastronomie

Il est clair que certains mégalithes répondent à un culte des astres. De nombreux monuments sont orientés selon la course du soleil, et parfois de la lune. Ils font souvent référence à  l'Est-Sud-Est: au lever du Soleil le 21 décembre, ou aux positions extrêmes du lever de la  Lune (lunistice, lunar standstill) vers le 21 juin. 

Dans certains cas ils permettraient de prévoir les éclipses, par exemple en repérant les positions de la lune, ou en décomptant le Saros, cycle de 223 lunaisons déjà connu à l'Age du Bronze, après lequel Terre, Soleil et Lune retrouvent les mêmes positions respectives.
    223 c'est 4 x 56 - 1. On pense là aux 56 trous d'Aubrey de Stonehenge, qui auraient permis de compter les mois lunaires pour repérer ce cycle.

 

 

7) Monuments édifiés sur des éminences. Situation de Stonehenge 

 On rencontre de nombreux mégalithes dominant la mer ou des provinces côtières. Bien évidemment ils n'ont peut-être rien à voir avec un culte des eaux:
 Il peut s'agir de monuments ostentatoires, de lieux de culte des astres, de tombeaux qui honorent notables ou  ancêtres et les protègent des pilleurs de tombe.

Ou encore selon certains auteurs il peut s'agir de symboles sexuels:
 un caveau représenterait  un utérus par lequel certains défunts, souvent en position fœtale, retourneraient au sein de la Terre. 

 Cela ne remet pas en cause un rapport éventuel entre le phénomène carnacéen du Néolithique Ancien et une transgression marine.

Voici quelques exemples de monuments sur des hauteurs : 
 - cairn de Barnenez , un point de vue unique, vers l'Infini et au delà... ,
 - hypogée de la montagne de Cordes, près d'Arles,
 - nécropole de Bougon (à voir absolument, avec son musée et sa cafétéria, une halte champêtre à 10 minutes de l'autoroute A10 qui ravira les enfants), édifiée sur un plateau près de la source de la Sèvres Niortaise, à la ligne de partage des eaux entre Ouest et Est, en amont du Golfe de Poitou : c'est sur le flanc du point culminant de la région. 
 - "cromlechs" d'Almendres, Portugal, au toit des collines qui dominent la région; 
- monuments de l'Ile de Malte, qui était jadis reliée à la Sicile par une péninsule.
- alignements des Bondons, sur une croupe au pied du Mont Lozère. 

Situation de Stonehenge: 

Stonehenge se trouve  près du toit de la  péninsule qui sépare le Canal de Bristol et la Manche. Pour les populations d'alors, cela pouvait correspondre au point culminant de leur monde: une position stratégique pour conjurer les déluges et invoquer les cieux

Le monument se trouve en bordure sud de la plaine de Salisbury, près de la ligne de partage des eaux entre nord et sud. Cette plaine crayeuse est bordée au Nord par la vallée de Pewsey, qui mène au Canal de Bristol. Au sud et sud-est, Stonehenge domine l'Avon et ses affluents.

Un argument de poids (s'il est avéré) relie Stonehenge au Canal de Bristol et à la mer:
Ses "pierres bleues"  proviennent des Monts Priseli, au  Nord-ouest de Bristol, près de la côte (Carn Menyn High). Des dolmens ("portal dolmen") sont implantés autour de ces monts, et des échanges avec les morbihannais ont été décelés.

 

Imaginer que Stonehenge ait eu  pour origine un culte des eaux est spéculatif et bien incroyable. Mais les nombreux travaux  en cours devraient permettre de mieux comprendre le passé. 

Voici ce qu'on vient de trouver:
   - les rives de l'Avon étaient peuplées dés le Mésolithique:
   - Stonehenge aurait été un sanctuaire des habitants prospères d' Amesbury (sur l'Avon, à 2 km à l'est de Stonehenge), où se seraient produits des rassemblements périodiques de populations venant de très loin. Ils mangeaient des grenouilles il y a plus de 8000 ans ! 
   - à Bouldnor Cliff, devant l'île de Wight, ancienne presqu'île à l'embouchure de l'Avon, a été  découverte sous 11 m d'eau une implantation mésolithique datée de 8000 ans, avec des indices d'échanges avec l'Irlande.
Peut-être y avait-il un commerce des métaux vers le continent.

  Je ne veux pas ici résumer  la chronologie complexe du sanctuaire de Stonehenge, précédé par des monuments de bois datant du VIIème millénaire, des monuments en bois, des allées, des tertres, des fossés circulaires.

 

8) Citations  d'auteurs de l'Antiquité:

Le géographe Greco-Romain Strabon,  a rapporté, sans y croire, qu'on racontait que des riverains des côtes celtiques (probablement au large du Jutland) avaient été chassés par l'avancée de la mer, et auraient pris les armes pour marcher contre elle : (Geographie 7-2.1) :
 "On ne peut pas croire qu'ils devinrent un peuple errant et pirate pour la raison suivante: alors qu'ils habitaient sur la Péninsule ils furent chassés de leurs habitations par une grande marée inondation...   ...Et l'homme qui a dit que les Cimbres prenaient les armes contre les marées n'avait pas raison, non plus...".

  L'historien Grec Diodore de Sicile rapporte (Biblioteca Historica, Livre 5, Chapitre 47, 4) à propos de l'Île de  Samothrace (berceau des dieux grecs) , au Nord de la Mer Égée:
"Les habitants pris par l'inondation s'enfuirent sur les parties élevées de l'île. Et quand la mer continua à monter encore et encore, ils prièrent leurs dieux, et comme leurs vies furent épargnées, pour commémorer leur salut ils installèrent des pierres bornant le périmètre entier de l'Île et dédièrent des autels sur lesquels ils offrent des sacrifices encore aujourd'hui." 

J'aimerais que ces échos d'un lointain passé aient une quelconque valeur, bien qu'ils ne fassent qu'indiquer des comportements possibles face à la montée des eaux

 

9) Et en Floride:

On a découvert qu'à Cedar Key, Floride, les Américains de la préhistoire auraient exhumé  certains de leurs défunts menacés  par la mer, pour les abriter en amont  sous des tertres de sable et coquillages.
 Encore un comportement possible, avec l'utilisation de coquilles comme matériau de remblai.

Créé le 3 mars 1998.       
 Dernière mise à jour le 18/07/2017 .

© 1998  Claude Lantz     
 Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Megaliths, an answer to rising sea level?

Mégalithismes,  une réponse à la montée des océans? 

 

Foreword

Here is a tentative explanation for the origin of the megalithic cultures along the sea shores:

They might have been an answer of the men to the rise of the ocean level which occurred  after the last glaciation, as shown on theses plots :

Average ocean level, due to global warming (eustatism) and local tectonic tilting: (isostasy)
 Plain curve: average sea level at North Brittany coasts 

After Petit & al., 2000

Presentation of the theory

The great stone monuments built in prehistoric times around Europe's coasts remain largely unexplained. Megaliths have sometimes been given an extraterrestrial or evil origin.
 We wonder why sane people engaged  in such excessive constructions. Why did they continue during millenniums? Why did they stop?
 Let us suggest a tentative explanation.

Let's look particularly at the megalith builders around Quiberon Bay, South Brittany: Carnac's menhirs and tumuli, the Gulf of Morbihan dolmens and stone circles. Let us go back into the prehistoric times, in 12000 BC.

It is the end of the last glaciation, before a progressive warming of the climate stabilized around 5000 BC; cold areas are covered with huge glaciers; there is less water in the oceans than today because of the great quantity of ice; sea level is 120 meters lower; the English Channel does not exist; Ireland is tied to Great-Britain. At Quiberon there is no Bay, the coast is 100 km to the west.

Glaciers melt, waters expand as the climate is getting warmer. The sea level rises: one meter per hundred years. The sea is steadily advancing...a tragedy! High ground such as Belle-Ile, Houat,  and Hoedic, become peninsulas, then become islands.  The coastline retreats intermittently, long stable periods being interspersed with spectacular incidents. The sea level went up rapidly until 5000 BC, then fluctuated.

One estimation of shore line at the middle of the Vth millenary, and submarine topography showing Vilaine River paleovalley  (after Menier et al.)

 

Let's imagine how the people behaved. This is pure conjecture, not yet proved.

They  know the  water level is going up. They group together along the estuaries. They believe the Earth will be completely submerged. They are fascinated and scared by the waves assaulting the coast, just as we are. 
They may have built embankments to tie the islands to the coast, and erected walls to protect the fields against flooding: in the process learning how to become organized for such great achievements and how to move enormous stones. 

They meet at saisonal gatherings, particularly during equinoctial tides. They fight together against water advance during the storms. They move updip after the floodings and create new settlements. 

They honor  their ancestors , and protect their remains from the sea on high grounds  under mounds of earth or stones. They possibly relocate higher their cemeteries endangered by the sea.

They establish a cult in order to face up to the natural forces they are dealing with: the  sky's waters, the sea, the waves, the wind,  the springs, the rivers, and also the Sun and the Moon which govern the elements. They implore these forces to give them relief. They consider the dead as links with the natural powers.They want to build giant monuments: the megaliths, to face superhuman, cosmic elements.

 They build monuments to worship or to seduce the Sun and Moon: isolated menhirs, alignments, stone circles. With them they can forecast the course of the heavenly bodies and perhaps the tides and the eclipses.

They decorate the stones with geometric lines. I interpret some of them as symbols of the waves:  zigzags or joined-up U , crooks , spirals .

They enter into relations with neighbor or distant tribes, and share with them their experiences, their terrors, their beliefs. They might have sent expeditions looking for the home, for the birthplace of the Sun, the Moon, the winds, the seas.

 The great tumuli in Carnac, menhirs, dolmens around the Gulf of Morbihan are dated from 5000 to 3000 BC.
 This megalithic culture blossomed then.  Later on it has been replaced, at the mercy of prehistoric events.

Let's leave the Quiberon Bay for other European coasts. The same elements are found with the megaliths: affinity with the sea, cult of the Sun and the Moon, burying the dead on top of hills under huge monuments.

Carved stone. Mound Knowth, Ireland.

And beyond Europ? Sea level has been rising all around the world since 12000 BC, with fluctuations since 5000 BC.
 Some civilizations appearing then on the coasts could well be born from and for a fight against flooding waters. Their culture, their religion may have been molded by a dialogue with destructive superhuman powers. 
They might have believed that the world had a beginning and would have an end, a linear time, a rupture with the concept of cyclic time of primitive societies.

This tentative explanation can provide one element of answer to several different characteristics of some megalithic cultures : 
the sudden birth from nowhere, the universality, the variety, the relations with the sea, the relations with the cosmic forces....
 This hypothesis, based on coincidences in time and space,  may be a guide to understand and to appreciate them.

 

 

 

Discussion

Archaeologists told me: this is pure conjecture, please leave  archaeology to archaeologists. I never pretended doing their job, I just propose some interesting elements without any concern about rigor or  coherence. I could help the if I succeed to submit to a pluridisciplinal  critic one idea they probably considered, and did not keep, because it is not proved. May they keep a lenient, open-minded and disillusioned attitude towards inavoidable weaknesses: 

1) Could people have been aware of sea level increase?

2) Motive, means, opportunity

3) Datas on sea level and chronology

4) Motifs on megaliths

5) Alignments, space markers

6) Archeoastronomy

7) Elsewhere in the world. Stonehenge position

8) Citations  of Greek authors

9) And in Florida....

 

 

1) The main question is:

Could people, who fighted to survive, be aware of such small sea level increase: less than 1cm per year in average, that is 20 cm per generation?

One regular change was imperceptible, but not spectular events. 
The surrounding by the sea of a peninsula becoming an island should have been rememembered, particularly where there was there a necropolis, as at Teviec, at Gavrinis, at Guennoc, or a monument, as at Er Lannic or if their territory was considerably reduced as at Hoedic.
Great floodings, breaking the dunes, invading the flat area of Quiberon Bay may have marked the memories. 

 

 

2) Motive, means, opportunity

Who could have better motive, means and opportunity to erect magaliths that the inhabitants of the coasts? I will not come back on motives.

About means, one needs to have ropes and logs, as necessary to move big rocks. Who could  make them better than the seamen and fishermen?
A prosperous hierarchised society was needed for such giants works. We dont know today what caused this wealth. May be a religion? or an army  protecting the new prosperity?
And / or  mastering sea trade? People able to transport by sea huge stones could probably build ocean going ships.
Or trade of salt, luxury good, vital good, bait for game, used for tanning? Traces of salt production have been found at Guermandes, from IVth millenarium, but no one here. Alpine stones of axes might have been exchanged along salt routes initiated then.

And opportunity:  meetings of several hundred people are necessary: inhabitants of such rich environment as lagoons and estuaries,  with possible gatherings.

 

3) Datas on sea level and chronology

It is impossible to define precisely how sea level variated.  Whith the sea level increase, the estuaries may have silted up, become deltas or lagoons. Cores from ancient peateries and ancient mudbanks,  can provide datas. Tidal range is 6 meters, ancient coastlines have been destroyed; position and datation of indices are approximate.  The sea level went up after the last ice age,  stabilized around 5000 BC, then fluctuated. When combining these elements with past temperature, former rivages, datas on sedimentation, some conclusions can be made.  

 Here is tentative scenario: sea level went up rapidly during last interglaciation. At Carnac, it reached  7 or 8 meters below present level around 5000 BC, then increased slowly.
It seems proved that during ancient neolithic the sea level increased significantly and could affect people behaviour. Submerged stone rows have been found in 2007 at Saint-Pierre de Quiberon, some of them at a -5m.  Objects found in that context date from ancient neolithic. Synthesis of studies by Agnès Baltzer, Serge Cassen, et al, 2015   , indicates that these stone rows have been flooded in the late Vth millenium. 

 

Tentative chronology 

Mesolithic people witnessed the formidable increase of water level. They burried some of there deads on hills: I think it was to protect them from the sea. 
Mesolithic people were replaced by Neolithic people who build the megaliths. Did they transmit their beliefs?  Has there been a continuity? Endless discussions, with insufficient datas. There has probably been  some   crossbreeding, as everywhere:  these small groups needed new blood to survive. 

"  Development of armorican Neolithic results from the convergence (of "mediterranean current" and of "danubian current) with a strong local mesolithic substrate." (PR Giot, Préhistoire de la Bretagne, page 229). 

 

4) Motifs on megaliths

Petroglyphs include  lines which can represent waves: zigzags, serpent lines, spirals, further to female symbols (mother-goddess) and power symbols (axis, ploughs, bull's horns). Particularly crooks can in some cases represent beachcombers rather than dignitaries's crooks.   There are also boats and cetaceans; the ocean was present in populations symbolism.

Gavrinis

Élie Faure sees there waves (Histoire de l'Art, L'Art antique):

"There are at Gravinis, in Morbihan, on other menhirs, arabesks moving like ripples at the surface of a low water, undulations, tremblings of seawed -----"

5) Alignments, space markers

Alignments are usually considered as space markers. I proposed that Carnac alignments were markers facing the waters. This provoked a lot of sarcasms.  

This idea is difficult to accept for a modern mind, but several elements support it:
- Carnac alignments are located along the first slope coming from the coast, at around 25m NGF elevation ("a military crest").
- there is an other serie of menhirs and alignments along an east-west hilltop: les Landes de Lanvaux
- the region was structured by lines with the same direction :
   fossil valley of Vilaine river, up to La Teignouse between   Quiberon and Houat
   ancient coast, probably from Houat to Le Croisic 

Morbihan lanscape's structure

We should study to go further exact location of stone rows in the landscape: near water sources,  near some summits, along the slopes; were they barriers, cults toward the astrers, ceremonial alleys? Were they installed on granitic soils because a firm substrat was needed, or have they a specific implementation? I ame not able to perform this study.

And if the menhirs had to fight against the ocean, we should find some of them below the recent dunes on the isthmus between Quiberon and the coast, or on ancient sea shore to the west of Quiberon.

 

6) Archeoastronomy

Many megaliths are clearly answering to some astronomical concerns. They are usually oriented according to sun's course, and sometimes to moon's course. They generally have an opening towards ESE, sun's rise on 21st of December, or towards  extreme positions of Moon's rise around 21st of June (lunar standstill ). 

Megaliths could in some cases allow to forecast the eclipses, either recording extreme positions of the moon, or counting  the Saros, 223 lunations after which sun, moon and earth come again to same respective position.
        223 =  56 x 4  -1. We think there to the 56 Aubrey's holes at Stonehenge, which could have permitted to count the lunar monthes and to observe these cycles .

7) Monuments dominating the landscape.      Stonehenge position

 There are many megaliths on top of hills or dominating coastal districts elsewhere in the world. Of course they may  not relate to a cult toward waters. 
 May be ostentatious monuments. Or places for a cult towards Sun and Moon. Or monuments honouring some great men or ancestors and protecting their graves. 

Or according to some authors sexual symbols: 
a vault could represent  an uterus, in which some bodies would go back into the bowels of the Earth. 

But why not consider that some millenariums earlier the ancestors of these populations wanted to conjurate ocean rise? It does not impedes a possible relationship between ancient Neolithic Carnac's phenomenum and sea level transgression.

Here are some examples:
- Barnenez cairn (Finistere), France, a unique viewpoint, to Infinity....and beyond.
- Hypogee de la Montagne de Cordes, near Arles, (Bouches du Rhône),  France.
- Necropole de Bougon (Deux-Sevres), France, (to be visited with its museum and cafeteria, a rural halt  that children will love, 10 km from A10 highway), on a plateau near Sevres-Niortaise's source, upstream Marais Poitevin, at the watershed between West and East.  Monuments dominate there a whole district rather than a landscape, as it is the case at Stonehenge. 
- Almendres cromlechs, Portugal, on top of the hills dominating the area.
- Malta's monuments; this island was former tied to Sicilia by a peninsula.
 -Bondons alignments, close to Mont Lozère, France. 

Stonehenge situation

Stonehenge is located on the peninsula between the English Channel and the bay of Bristol. This location was for the inhabitants the summit of the word : a strategical position to exorcise some deluge, invoking the heaven. 

 

The monument is at the south of Salisbury Plain, near the watershed. This chalky plain is bounded on the north by the Vale of Pewsey, which leads to Bristol. It dominates on the south and south-east the Avon River and its tributaries.

One strong argument relates Stonehenge to the sea: 
its blue stones come from the Priseli Hills, near the coast (Carn Menyn High). There are Portal dolmens near  these mounts.

Imagine that Stonehenge's origine  might have been a cult toward the waters is highly speculative. But present numerous discoveries: could help to better understand the past.

 Some recent finds:
  - Avon River's banks were inhabitated during the Mesolithic.
  - Stonehenge would have been a sanctuary for the rich inhabitants of Avon valley. 
  - at Amesbury  (2 km from Stonehenge) took place periodic meetings of people coming from fare away. They were eating frogs 8000 years ago !
  - a mesolithic implantation was discovered 11 meter below water at Bouldnor Cliff, along the Isle of Wight, a former peninsula at Avon River's mouth. It  presents indices of contacts with Ireland 8000 years ago.
Their might have been some trade of metals with the continent.

I dont want here to summarize the complex chronology of Stonehenge, preceeded by 9500 years old wooden monuments, alleys, henges, barrows.

 
8) Citations  of Greek authors:

Greco-Roman geographer Strabo reported he heard (and did not believe)  that the people living along Jutland coasts had been chased by the sea, and took arms to march against the sea  (Geographie 7-2.1):
  "One could not accept such a reason for their having become a wandering and piratical folk as this--that while they were dwelling on a Peninsula they were driven out of their habitations by a great flood-tide..  ...And the man who said that the Cimbri took up arms against the flood-tides was not right, either; nor yet the statement that the Celti, as a training in the virtue of fearlessness, meekly abide the destruction of their homes by the tides and then rebuild them, and that they suffer a greater loss of life as the result of water than of war, as Ephorus says." 

 Greek historian Diodorus Siculus reports about Samothrace Island, North of Aegean Sea (Bibliotheca Historica, Book 5, Chapter 47, 4):
"The inhabitants who had been caught by the Flood ran up to the higher regions of the island. And when the sea kept rising higher and higher, they prayed to the native gods, and since their lives were spared, to commemorate their rescue they set up boundary stones around the entire circuit of the island and dedicated altars upon which they offer sacrifices even to the present day."  

I'd like these echoes coming from past times would have any value, though they only indicate possible behaviours in front of waters rise.          

9) And in Florida:

It has been discovered that at Cedar Key, Florida, the prehistoric Americans would have exhumed the remains of their deads threatened by sea level rise, and protected them higher on the coast  below mounds of sand and shells. 
 Another possible behaviour, with use of shells as building material.

 

 
Created  on march 3d, 1998.       
 Last update  18/07/2017.

© 1998  Claude Lantz      Tous droits réservés.